Promenade dans la forêt de Compiègne
   
A la une

Plan du Site

Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean aux Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

Liens

Contact

 

 

 

Blason Compiegne

Les pages sur Compiègne : [1]-[2]-[3]-[4]-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]

Blason Compiegne

Regi Et Regno Fidelissima
(Au roi et au royaume la plus fidèle)

Les armoiries furent données à la ville de Compiègne en 1218 par le roi de France Philippe Auguste (surnommé le Conquérant), en guise de la bravoure des archers compiégnois lors de la bataille de Bouvines en 1214.
Le sauvage représente la forêt, la femme l'Oise, le lion, les fleurs de lys : la force du pouvoir royal.

Blason Compiegne

Le Château de Compiègne

Le Château de Compiègne Le Château de Compiègne

A gauche : La façade principale du Château.
A droite : La façade du Château sur le parc.
Le château a été presque entièrement construit sous Louis XV, sur l'emplacement d'un château datant en partie de Charlex V et qui servait aux rois de France de rendez-vous de chasse, est de l'architecte Jacques-Ange Gabriel.
En 1807, Napoléon Ier donna l'ordre de commencer la restauration du Château, mais les travaux furent surtout poussés avec activité en 1810, à l'occasion du mariage de l'Empereur avec Marie-Louise d'Autriche.
Le rois des Français Louis-Philippe séjourna au Château et c'est dans sa chapelle que fut célébré, le 9 août 1932, le mariage de sa fille la Princesse Louise, avec Léopold Ier, roi des Belges.

Arrivée le 12 octobre 1861 du Roi Guillaume II des Pays-Bas
au Château de Compiègne

Impératrice Eugénie Compiègne Impératrice Eugénie Compiègne

Dessin de gauche : Arrivée de sa majesté le Roi des Pays-Bas au Château de Compiègne (cour d'honneur).
Dessin de droite : Sa majesté le roi des Pays-Bas traversant la galerie des Cent-Gardes - D'après les croquis de monsieur Moulin.
Au Roi de Prusse a succédé, au château de Compiègne, le Roi des Pays-Bas. Sa majesté néerlandaise est arrivée samedi, à cinq heures et demie, et a été reçue par l'Empereur qui l'attendait au débarcadère. Après être descendu du wagon, le Roi a serré la main de l'Empereur, et lui a présenté les personnes de sa suite : le Général-major de Linden, premier aide de camp, le Comte Suouckaert de Shauberg, Capitaine, et le Baron Dumonceau, premier Lieutenant, tous deux aides de camp du Roi, Van Capellan, Capitaine de marine, Ligntenveld, ministre des Pays-Bas en France, et Berg de Middelburg, conseiller de légation, Vollenhowen, bourgmestre d'Amsterdam, de Kock, chambellan, directeur de cabinet du Roi.
Guillaume III était aussi accompagné de monsieur le Comte de Sartiges, ministre de France à la Haye ; messieurs le Colonel Favé, aide de camp de l'Empereur, le marquis de Conégliano, chambellan, et le marquis de Caux, écuyer, envoyés au devant de Sa Majesté néerlandaise jusqu'à la frontière, et placés de service auprès de lui pendant toute la durée de son séjour en France.
Avant de quitter la gare, l'Empereur a, de son côté, présenté à Guillaume III les officiers généraux qui se trouvaient avec lui, puis est monté dans les voitures, et le cortège s'est dirigé vers le château au milieu d'une haie double compacte de spectateurs et des vivats assez bien nourrie de la population.
Dans la première voiture étaient le Roi et l'Empereur, qui n'ont cessé de s'entretenir familièrement et en langue française. Le premier portait les insignes de la Légion d'honneur, le second de la grand croix de la Couronne-de-Chêne.
Dans la cour d'honneur du Château, le côté droit était occupé par un détachement des cent-gardes ; le côté gauche, par un bataillon de zouaves avec la musique et le drapeau. Sur les marches du grand escalier se tenaient des cent-gardes. Dans le vestibule, attendaient l'Impératrice, en robe bleue, et le Prince Impérial.
Le Roi Guillaume III a baisé la main de l'Impératrice et embrassé plusieurs fois le jeune prince ; il a offert le bras à Sa Majesté pour se rendre dans les salons de réception.
Là de nouvelles présentations ont eu lieu, et chaque invité a été admis à présenter ses hommages à l'hôte de l'Empereur. A six heures et demie, un dîner de 60 couverts était servi dans la grande salle d'apparat, dont les fenêtres donnent sur la cour d'honneur.
Le lendemain, le Roi, l'Empereur, l'Impératrice et leur suite partaient à deux heures, en char-à-bancs pour visiter les ruines de Pierrefonds.
Le soir, il y avait spectacle. L'Impératrice portait une robe de soie mauve clair, recouverte de points d'Angleterre. Elle avait une coiffure de feuillage de chêne, scintillantes de diamants. Le Roi et l'Empereur portaient le frac noir. Le spectacle se composait de la comédie d'Alfred de Musset : "Les Caprices de Marianne" et d'un très joli acte de Léon Gozlan : "la Pluie et le Beau Temps". La représention de cette comédie aura lieu prochainement au Théâtre Français.
Mardi soir, le Roi et l'Empereur sont venus à Paris. Mercredi, il y a eu chasse au tir à Versailles, et, après la chasse, l'Empereur est reparti seul à Compiègne. Le Roi des Pays-Bas passera quelques jours à Paris incognito.
Vers la fin de la semaine, Sa Majesté ira à Compiègne pour prendre congé de l'Empereur et de l'Impératrice, avant de retourner dans ses Etats.
Article paru dans "L'Illustration Journal Universel" du 19 octobre 1861.

L'Impératrice Eugénie entourée des dames de sa cour
par Franz Xaver Winterhalter

Impératrice Eugénie Compiègne

L'Impératrice entourée des dames de sa cour - Sur un fond de verdure se détache le groupe que forme l'Impératice Eugénie et ses dames d'honneur. Le buste droit, dominant ses compagnes, elle semble regarder le bouquet qu'elle tient à la main. Son visage ne manque pas de charme ; on y découvre aussi de l'énergie et de la fierté. Les dames d'honneur rivalisent d'élégance, vaporeuses robes à crinolines (jupes évasées maintenues par des cerceaux ou des lames d'aciers), épaules largement découvertes, coiffures à bandeaux et anglaises.

C'est sous Napoléon III, de 1853 à 1869, sous l'impulsion de l'impératrice Eugénie que Compiègne connu sa période la plus brillante.
Avec des fêtes, des réception, des chasses, des promenades dans le forêt animaient le séjour des invités aux fameuses "séries de Compiègne".
En septembre 1901, Nicolas II et l'impératrice Alexandra Feodorovna séjournèrent 3 jours au Château en compagnie du Président de la République Française Emile Loubet.
Durant le conflit de la première guerre mondiale les Anglais s'y installèrent en août 1914, ils en furent chassés par l'invasion allemande. Le Château abrita en septembre 1914 pendant quelques jours l'Etat-Major Allemand.
En 1915 il servi comme hôpital militaire.
Du 5 avril 1917 au 25 mars 1918 le Général Pétain installe au Château de Compiègne son Quartier Général où se tiendra plusieurs conférences interalliées.

S.M. Empereur de Russie Nicolas II
du 18 au 21 Septembre 1901 en visite officielle à Compiègne

Alliance Franco - Russe Compiègne 1901

Du 18 au 21 septembre 1901, le Tsar Nicolas II et la Tsarine sont en visite officielle à Compiègne, ils arrivent en train présidentiel à 8h00 du soir, ils sont accueillis par le Président de la République Emile Loubet, Armand Fallières, Président du Sénat, Paul Deschanel, Président de la Chambre des Députés, Waldeck-Rousseau, Président du Conseil, et Théophile Delcassé, ministre des Affaires Etrangères.
Plus de 20.000 visiteurs venus par des trains spéciaux se pressent, sans compter les 11 000 hommes de troupe qui, alignés le long des trottoirs, contiennent la foule ou escortent le cortège officiel.
Le jeudi 19, les invités, sauf les dames, partent pour Reims afin d'assister à la revue militaire de Bétheny puis visiter la cathédrale, et ne reviennent à Compiègne que pour le dîner.
Le vendredi 20 se passe tout entier à Compiègne. Les souverains se promènent à pied dans le parc, déjeunent dans l'intimité et reçoivent en audience ; suivent une visite en voiture du Grand Parc et une soirée au petit théâtre du Palais.
Le samedi 21 au matin, les souverains et leurs hôtes quittent définitivement Compiègne afin d'assister à une revue militaire à Bétheny, près de Reims.
Ce séjour des souverains russes redonne de l'éclat au Château de Compiègne qui n'avait plus connu de fastes depuis le second Empire.
De 1888 à 1913, plusieurs emprunts "russes", d’un montant total de 12 milliards de francs-or, sont émis à destination des épargnants français avec la bénédiction des pouvoirs publics, qui multiplient les incitations auprès des épargnants.

Alliance Franco-Russe Compiègne 1901 Alliance Franco-Russe Compiègne 1901

A gauche S.M. l'Empereur Nicolas II et le Président de la République descendant du landau à la Gare de Compiègne pour se rendre à la revue.
A droite : Fête de Réception du Tsar (septembre 1901).

En attendant la sortie du Tsar Compiègne

Le Château : En attendant la sortie du Tsar !

En véhicule Renault devant le Château de Compiègne

>En vehicule Renault devant le Chateau de Compiegne

Le chauffeur monsieur Louis conduisant mesdemoiselles Soy et Geoffroy dans un véhicule Renault AX en 1908.

Devant le Château de Compiègne en août 1926

>En vehicule Renault devant le Chateau de Compiegne

Trois hommes posant le Château de Compiègne en août 1926.

Blason Compiegne

Le Parc du Château de Compiègne

Le Parc du Château de Compiègne Le Parc du Château de Compiègne

De la terrase, la vue est magnifique sur les pelouses et les massifs d'arbres. Les jardins seront crées à compter de 1811 par Louis-Martin Berthault
La perspective des Beaut-Monts se prolonge jusqu'à l'horizon par une longue (quatre kilomètres) et large (soixante mètres de large) avenue a été percée en 1810 par ordre de Napoléon Ier pour honorer sa rencontre avec sa future épouse l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche pour lui évoquer son château de Schönbrunn.

Le Pavillon des jeux de l'Empereur

Palace-Hotel Compiègne Palace-Hotel Compiègne

Avant et après le bombardement d'août 1915 du Pavillon des jeux de l'Empereur.

Autour du Château :
le Palace-Hôtel

Palace-Hotel Compiègne Palace-Hotel Compiègne

Le "Palace-Hôtel" était situé place du Palais, en face du Château.

Tarifs du Palace-Hôtel en 1913 : Omnibus 1 fr. avec bagages - petit déjeuner 1 fr 50 - déjeuner et dîner par petites tables 5 fr vin compris.
Appartements avec de salle de bains, eau chaude et eau froide, salon de 20 fr à 50 fr, pension complète depuis 12 fr selon saison.
Pension pour domestiques 8 fr.
(électricité, chambres avec bains, chauffage central).
Guides - Joanne, Librairie Hachette et Cie
79, boulevard Saint-Germain Paris VI - 1913

La Sous-Préfecture de Compiègne

La Sous-Préfecture de Compiègne

La Sous-Préfecture de Compiègne est située à l'angle de l'avenue Royale et l'avenue du Moulin (maintenant avenue de la Résistance).

Cérémonie de vœux des louveteaux
sur la terrasse du Château de Compiègne

Cérémonie de vœux des louveteaux Compiègne Cérémonie de vœux des louveteaux Compiègne

Dimanche 22 avril 1956 - cérémonie de vœux des louveteaux devant les cheftaines et le prêtre sur la terrasse du Château de Compiègne.
Photos prises par monsieur Eugène Hutin

Cérémonie de vœux des louveteaux Cérémonie de vœux des louveteaux

Une allée des Avenues
et un coin de l'Hôtel du Rond Royal

Le Rond Royal Compiègne Le Rond Royal Compiègne

Une Allée des Avenues et un coin de l'Hôtel du Rond-Royal.

Tarifs de l'Hôtel du Rond-Royal en 1913 : Omnibus 1 fr 50 - petit déjeuner 1 fr 50 - déjeuner 6 fr - dîner 7 fr.
Chambres de 7 à 25 fr - pension à partir de 16 fr .
Pension pour domestiques 8 fr.
Chauffage central - Chambres avec bains - remises -parc.
Hôtel du Rond-Royal - Avenue Thiers - Près du Champ de Course

En voiture dans les avenues

En voiture dans les avenues de Compiègne mai 1907

En voiture dans les avenues de Compiègne en mai 1907.

Le Quartier des Avenues

Villa Stella Compiègne La propriété de monsieur Richard Carter Compiègne

A gauche : La Villa Stella, propriété de monsieur de Edmond Rousseau.
A droite : La propriété de monsieur Richard Carter, issu d'une d’une grande famille d’entraîneurs britanniques qui officiaient à Chantilly et à Compiègne.
Il dessina les pistes de l'hippodrome du Putois et les premières courses purent débuter à Compiègne en 1875.

Le Temple Protestant Compiègne Avenue Thiers Compiègne

A gauche : Le Temple Potestant est sitiué au 6 avenue Thiers.
A droite : Vue de l'avenue Thiers.

Blason Compiegne

La rue Mounier
maintenant rue du Dahomey

La rue Mounier commence place du Château pour rejoindre la rue Magenta. L'origine du nom vient du Baron Mounier, maître des requêtes, et intendant de la couronne, qui avait contibué à l'urbanisme de la place du Château de Compiègne. La rue Mounier est devenue de la rue du Dahomey.

La Banque de France

Banque de France Compiègne

La Banque de France de Compiègne était située au 2 rue Mounier (maintenant rue du Dahomey).
Tél : 2.03
Depuis 2009 la Banque est installée au 3, rue de l’Anthémis, c'est le Tribunal de Commerce qui occupe ces locaux.

Photographie E. Benoit

Photographie Benoit Compiègne Photographie Benoit Pavillon de Saint-Pierre Compiègne

Carte Publicitaire "Photographie E. Benoit"
1, rue Mounier et Place du Château.
Compiègne

La Place Saint-Jacques

Eglise Saint-Jacques Compiègne La Fontaine Saint-Jacques Compiègne Eglise Saint-Jacques Compiègne

A gauche : La construction de l'église commence en 1235 par le chœur et le transept qui s'apparentent au gothique de l'Ile de France : Saint-Yved de Braine, Saint-Léger de Soissons, Notre-Dame de Paris. En 1238 Blanche de Castille lui fait donner le nom de Saint-Jacques-le-Majeur, l'édifice étant situé sur une route de Saint-Jacques de Compostelle.
Le 23 mai 1430, jour de son arrestation, Jeanne d'Arc est venue prier dans l'église Saint-Jacques par une porte aujourd'hui bouchée (derrière le monument de morts des guerres du XXe siècle).
Depuis 1998 l'église Saint-Jacques est inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco au titre des "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle" en France.
A droite : La Fontaine Saint-Jacques au début du siècle dernier, aujourd'hui détruite.

Distillateur Valentin Compiègne Distillateur Valentin Compiègne

A gauche : Maison A. Valentin - Distillateur - Vins et Spiritueux en gros.
(le cliché du bâtiment des établissements Valentin avec l'église Saint-Jacques résulte que d'un montage photographique.
A droite : La rue Mounier (maintenant la rue du Dahomey).

Blason Compiegne

Le Nouveau Théâtre

Nouveau Theatre Compiègne

Le nouveau Théâtre a été construit en 1925 par Ernest Jouanne, architecte à Compiègne, il est également le concepteur du monument aux morts de Fort Mahon.
Le nouveau Théâtre deviendra dans les années 80 un complexe multisalle avec un nouveau nom "Les Dianes".
Tél : 1.24

Cinéma Les Dianes

Cinema Les Dianes Compiègne

L'ancien cinéma "Les Dianes va faire place dans les prochain mois à l'espace Saint-Jacques...

Photographie E. Hutin

Photogragnie Hutin Compiègne Photogragnie Hutin Compiègne

Photographie Hutin (Studio d'Art - Agrandissements - Ciné - Appareils - Travaux d'amateurs)
1, Place Saint-Jacques (à côté du Nouveau Théâtre)
Tél : 0.07
Depuis 1908 jusqu'à aujourd'hui la famille Hutin perpétue la dynastie de la photographie à Compiègne.
C'est grâce à monsieur Eugène Hutin que nous devons les nombreuses photos prises à Compiègne et dans ses environs.

Blason Compiegne

Quincaillerie Baudoux-Bruneau

Quincaillerie Baudoux-Bruneau (Maison Huchez)
Place Saint-Jacques
Tél : 223 à Compiègne.

Blason Compiegne

Antiquités, Brocante G. Baumohl

Maison G. Baumohl Compiegne

Maison G. Baumohl
Antiquité, Objets d'Art, Tapis d'Orient, Bibelots divers
Place Saint-Jacques
Tél : 233à Compiègne.

Une fête des écoles en 1927

La fête des écoles Clos Pompadour Compiègne 1927

La fête des écoles en 1927 - Clos Pompadour - Compiègne

Blason Compiegne

Les pages sur Compiègne : [1]-[2]-[3]-[4]-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]

Blason Compiegne


is

Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean
-aux-Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

 


          Jean-Claude Toudy