Promenade dans la forêt de Compiègne
   
A la une

Plan du Site

Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean aux Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

Liens

Contact

 

 

 

Blason Compiegne

Les pages sur Compiègne : [1]-[2]-[3]-[4]-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]

Blason Compiegne

Compiègne
avant, pendant et après la seconde guerre mondiale

Blason Compiegne

Les aérostiers à Compiègne de 1929 à 1939

Les Aérostiers Compiègne

La Saucisse des Aérostiers

La Saucisse des Aérostiers Compiègne

Dans les années 30 le 1er Régiment d'Aérostation, commandé par le Lieutenant-Colonel Leveau, était basé à Compiègne.

Le 1er Régiment d'Aérostation commandé par l'Adjudant-Chef Armand Trehin

Défilé du 1er Régiment d'Aérostation commandé par l'Adjudant-Chef Armand Trehin.

Les aérostiers dans leur caserne de Royallieu

Les aérostiers dans leur caserne de Royallieu Compiègne Armand Trehin Aérostier Caserne de Royallieu Compiègne

Les soldats de l'armée de l'air du 1e Régiment d'Aérostation dans leur caserne militaire de Royallieu. Avec la mobilisation en 1939, la 52ème brigade et 183ème Batallion d'Aérostiers de Compiègne seront dissous, l'armistice du 22 juin 40 mit fin à l'Aérostation de Compiègne.
Construite en 1913, elle s'étendait sur 20 hectares. Elle fût transformée en camp d'internement pour prisonniers politiques de 1941 à 1944 par les troupes d'occupation.

Les bombardements du 10 mai 1940
L'Hôtel des Flandres

>L'hôtel des Flandres en ruines Compiègne L'hôtel des Flandres en ruines Compiègne

L'Hôtel des Flandres (place du 114e Régiment d'Infanterie, angle de la rue d'Amiens et du quai de la République), après les bombardements de mai 1940 sur Compiègne.
La photo de droite a été prise par un soldat allemand le 17 juin 1940.

La Gare S.N.C.F.

Gare SNCF Compiègne 1940

La rue d'Amiens détruite par les bombardements, la photo a été prise par un soldat allemand en juin 1940 depuis un train .

La rue Solférino

La rue Solférino en ruines Compiègne 1940 La rue Solférino en ruines Compiègne 1940

Après les bombardements de mai 1940 la rue Solférino en ruines, l'exode a commencé.
Sur la photo une voiture immatriculée en Belgique, avec une galerie chargée d'effets personnels et d'un vélo, tente de rejoindre le sud de la France.

Blason Compiegne

La place de l'Hôtel de Ville en juin 1940

La place de l'Hôtel de Ville en juin 1940

Après les bombardement la statue de Jeanne d'Arc semble épargnée au milieu des ruines.
(Photo prise un soldat de la Wehrmacht)

Après les bombardements la rue Saint-Corneille Compiègne 1940 Place du Marché après les bombardements Compiègne 1940

17 mai 1940 :
Les premières bombes ont encadré l'Hôtel de Ville. Deux, derrière, ont fait quelques dégâts. Mais d'autres sont tombées sur l'hôtel de la Cloche, une autre rue Napoléon, près du café Français.
Une femme est tuée devant le ESSI, des bombes incendiaires ont complété l'œuvre de destruction, rue Solférino et tout autour du pont de l'Oise.
On m'annonce 18 tués et 80 civils blessés, plus les ignorés. Les évacués accélèrent le pas à la vue de ces incendies qu'ils traversent, de cette tuerie tragique. L'École de l'Etat Major stationnée à Compiègne est dissoute, mais les officiers sont maintenus momentanément à la disposition de l'armée.
Dure et lugubre journée que celle du 17 mai.
Albert Guerineau, Sous-Préfet de Compiègne de 1934 à 1942.

Bombardements Hotel de Ville Saint-Corneille Compiègne 1940

Blason Compiegne

L'Armistice
du 22 Juin 1940

Armistice 22 juin 1940 Compiegne Armistice 22 juin 1940 Compiegne

Signature de l'Armistice - 22 juin 1940
Adolf Hitler exige que l'armistice soit signé au même endroit que l'Armistice de 1918, dans la même clairière en forêt de Compiègne.
Il fait sortir le wagon de l'Armistice, qui avait servi à signer celui de 1918, du bâtiment qui l'abrite, et le fait placer à une centaine de mètres de là, à l'emplacement exact où il se trouvait le 11 novembre 1918.
Le 21 juin, lors de la journée inaugurale des négociations, les Allemands sont représentés par Adolf Hitler et le maréchal Wilhelm Keitel, chargé des négociations.
La délégation allemande est composée de :
Rudolf Hess, Hermann Göring, Von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangéres du Reich, l'amiral Raeder, chef de la Kriegsmarine, et le général von Brauchitsch, commandant de la Wehrmacht.
La délégation française est composée de :
Du général Charles Huntziger (Commandant la 2e armée autour de Sedan), le Général Jean Bergeret (Chef d'état-major de l'Aviation), le Vice-Amiral Maurice Le Luc et Léon Noël (Représentant le Ministère des Affaires Etrangères).

Armistice 22 juin 1940 Compiegne Armistice 22 juin 1940 Compiegne Armistice 22 juin 1940 Compiegne

Après la signature de l'armistice qui mit fin à la "drôle de guerre", les Allemands détruisirent la clairière et le carrefour, mais respectèrent la statue du Maréchal Foch. Le wagon et les pierres furent emmenés en Allemagne. A la fin de la guerre on retrouva les pierres et l'on a pu reconstituer exactement la clairière et le carrefour. Seul, le wagon avait été détruit à Berlin en avril 1945 (soit un mois avant la capitulation allemande) sur ordre d'Hitler par les S.S.
Une voiture similaire (construite en 1913 pour la "Compagnie Internationale des Wagons-Lits" est actuellement exposée dans le musée de la Clairière de la forêt de Compiègne.

Armistice 22 juin 1940 Compiegne Armistice 22 juin 1940 Compiegne

Blason Compiegne

La gare de Compiègne
en août 1940

Les soldat Allemands de la Wehrmacht en gare de Compiègne Les soldat Allemands de la Wehrmacht en gare de Compiègne

Les soldat Allemands de la Wehrmacht en gare de Compiègne.

La gare de Compiègne
le 11 août 1942

Discours de Pierre Laval dans la gare de Compiègne

Discours de Pierre Laval le 11 août 1942 dans la gare de Compiègne lors du retour des premiers prisonniers de guerre français suite au départ des volontaires français pour la relève.

Arrivée des prisonniers libérés à Compiègne © INA

En Prusse orientale, le Général Henri Antoine Didelet annonce au premier contingent de prisonniers libérés par la relève, qu'ils vont quitter le camp. A Compiègne, le 11 Août 1942, Pierre Laval entouré d'allemands assiste à l'arrivée en train des prisonniers des Stalags 1A et 1B et s'adresse aux travailleurs de la relève.

Blason Compiegne

Libération des prisonniers de guerre en 1942

Quartier Bourcier Compiegne 1942 Soldats Français libérés Compiegne 1942 Soldats Français libérés Compiegne 1942

En 1942 les soldats français libérés des camps allemands sont amenés au Quartier Bourcier à Compiègne.

Soldats Français libérés Compiegne 1942 Soldats Français libérés Compiegne 1942 Soldats Français libérés Compiegne 1942

En 1942 les soldats français libérés fêtant le réveillon de Noël loin de leurs familles.
© collection personnelle de Michel Miens.

Blason Compiegne

Soldats allemands en 1943

Soldats allemands Compiègne 1943

Soldats allemands sortant d'un coiffeur de Compiègne en Juin 1943.

Blason Compiegne

Construction de deux ponts provisoires en 1944 par les Américains

207th Combat Engineer Battalion VII Corps Compiegne 1944 Combat Engineer Battalion Compiegne 1944 Reconstruction de deux ponts provisoires Compiegne 1944

En Septembre 1944 construction sur l'Oise de deux ponts provisoires par le génie américain.
(207th Combat Engineer Battalion" de la 1ère Armée, VII Corps).
© collection personnelle de Michel Miens.

Blason Compiegne

Vue aérienne de l'Oise
après 1944

Vue aérienne de l'Oise

Lors de l'avance allemande en Juin 1940, le pont Séjourné a été détruit par le Génie Militaire.
Dans une première période (22 mai 1942 - 1er mai 1943), malgré les conditions difficiles de travail sous l'occupation allemande, les fondations de la pile ont été exécutées.
Les Allemands ordonnèrent alors d'arrêter les travaux, mais acceptèrent cependant que les pieux de défense de la pile soient exécutés. Le Chantier a dû être interrompu le 1er mai 1943.
Les fondations des culées purent être reprises après la Libération en septembre 1944.

Blason Compiegne

En 1944 les soldats américains
dans le parc du Château

Soldats Américains Compiegne 1944 Soldats Américains Compiegne 1944 Soldats Américains Compiegne 1944

Les soldats américains dans le parc du château de Compiègne en septembre 1944.
© collection personnelle de Jean-Marie Gillet.

Le campement des soldats américains
sur l'hippodrome de Compiègne

Camp Américain Compiegne 1944 Camp Américain Compiegne 1944

Le campement des soldats américains sur l'hippodrome de Compiègne en septembre 1944.
© collection personnelle de Jean-Marie Gillet.

Camp Américain Compiegne 1944 American Red Cross Compiegne 1944

Photo de gauche : Le campement des soldats américains sur l'hippodrome de Compiègne
Photo de droite : La Croix-Rouge Américaine (American Red Cross) dans le bâtiment du golf de Compiègne.
© collection personnelle de Jean-Marie Gillet.

En 1946 les soldats américains
au Rond Royal

Soldats Américains Compiegne 1946 Fête Foraine Compiegne 1946 Soldats Américains Compiegne 1946

A gauche : Un soldat américain sur le perron de la villa située rue de l'Aigle à Compiègne en 1946.
Au centre : Une Jeep sortant du Camp Américain au Rond Royal devant la fête foraine en juin 1946.
A droite : Des soldats américains devant le perron de la villa qui deviendra l'Institution Guynemer située avenue de Grande Bretagne.
© collection personnelle de Jean-Marie Gillet.

En 1946 les soldats américains
au Carrefour de l'Armistice

Soldats Américains au Carrefour de l'Armistice en 1946

Deux soldats américains devant la stèle du Maréchal Foch au Carrefour de l'Armistice en 1946.
© collection personnelle de Jean-Marie Gillet.

Blason Compiegne

Jean Legendre et le général de Gaulle
lors de sa visite à Compiègne le 7 mars 1948

Jean Legendre et le général de GaulleJean Legendre et le général de Gaulle

Jean Legendre est né le 7 mai 1906 à Paris XI, Il s'installe dans les années 30 à Compiègne et sera rédacteur politique de trois hebdomadaires. Lors des législatives de 1936 il est délégué départemental du Parti Social Français du Colonel de La Rocque adversaire du Front Populaire. Fait prisonnier et déporté en Allemagne, il est libéré le 9 août 1943 pour raisons médicales, il fondera à la libération en septembre 1944 le journal "Oise Républicaine" .
Jean Legendre fut maire de Compiègne de 1947 à 1954 puis de 1959 à 1987, il cède alors la place à son dauphin désigné, Philippe Marini, il restera conseiller municipal à la mairie de Compiègne jusqu'à son décès le 21 septembre 1994.
Jean Legendre soutient, le 1er juin 1958, l'investiture du général de Gaulle à la présidence du Conseil, et vote le levndemain les pleins pouvoirs. Réélu aux élections législatives du 30 novembre 1958 dans la deuxième circonscription de l'Oise, il est pourtant de ces parlementaires Indépendants que leur attachement à la cause de l'Algérie française entraîne dans une opposition virulente au gaullisme. Cette radicalisation, qui n'est pas étrangère à sa défaite aux élections législatives de 1962 et de 1967, le conduit à soutenir la candidature de Jean-Louis Tixier-Vignancour aux élections présidentielles de 1965.
Jean Legendre sait toutefois préserver son autorité à la mairie de Compiègne, à la tête de laquelle il se voit constamment réélu ; il demeure en outre l'un des responsables politiques les plus influents de la région picarde, dont il préside le Conseil exécutif de 1974 à 1976, au moment où celle-ci, d'établissement public, se transforme en collectivité locale.

Une foule intense sur le parvis du château de Compiègne
lors du discours du général de Gaulle le 7 mars 1948

Une foule intense sur le parvis du château de Compiègne

C'est devant des milliers de personnes que le général de Gaulle a parlé le dimanche 7 mars 1948 devant le château de Compiègne.
Il a été accueilli par monsieur Legendre, député-maire de Compiègne qui lui a déclaré : "Ce que la foule attend de vous, ce sont des paroles d'espoir. En face d'un présent incertain et trouble, ce qu'on attend de vous, se sont aussi des certitudes. Ce qu'on attend de vous, c'est que vous refassiez ce que vous avez fait en 1940".
Le général a ensuite parlé pendant près d'une demi-heure, d'une voix forte, en détachant nettement les périodes essentielles, mais en adoptant parfois une chaleur de ton particulière.
La foule l'applaudi longuement, particulièrement lorsqu'il a déclaré que "tout" était "prêt pour assurer la direction du pays dès que les conditions le permettront"
.

Le journal de Neuchâtel

Le journal de Neuchâtel 1948 Le journal de Neuchâtel

Au début du discours qu'il a prononcé à Compiègne le général de Gaulle constate le désarroi qui règne en France :
"La patrie, menacée de l'extérieur par l'expansion d'un immense empire dont les maîtres visent à la domination mondiale, est minée de l'intérieur par des séparatistes au service de ces étrangers.

La visite du Général De Gaulle à Compiègne
© British Pathé

Au début du discours qu'il a prononcé à Compiègne le général de Gaulle constate le désarroi qui règne en France :
"La patrie, menacée de l'extérieur par l'expansion d'un immense empire dont les maîtres visent à la domination mondiale, est minée de l'intérieur par des séparatistes au service de ces étrangers".

Le général de Gaulle reviendra à
nouveau à Compiègne le 14 juin 1964

Invitation Prefecture Oise Discours du Général de GaulleJean Legendre et le général de Gaulle

Le Général de Gaulle, Président de la République, prononcera un discours le dimanche 14 juin 1964 sur la place de l'hôtel de ville à Compiègne. Les compiègnois seront admis sur le parvis de la mairie que sur invitation.
Petite anecdote en marge de la venue du Général de Gaulle, monsieur Claude Legaufre, exploitant le "Hall du Pneu" situé rue Magenta, est gardé à vue pendant 3 jours au commissariat de la ville.
Il saisit le tribunal admnistratif, et, l'année suivante, le Préfet de l'Oise est condamné à verser 1.000 Francs (environ 150 €) de dommages et intérêts à monsieur Le Gaufre :.
"En donnant cet ordre d'arrestation manifestement insusceptible de se rattacher à l'application d'un texte législatif règlementaire, (le Préfet) a donc commis une erreur grave, absolument inexcusable et une atteinte à la liberté individuelle, consttuant une voie de fait."

Le Général De Gaulle à Compiègne en 1964 © I.N.A.

Vive Compiègne ! ...
Vive la France ! ...

Jean Legendre et le général de Gaulle

Blason Compiegne

Les pages sur Compiègne : [1]-[2]-[3]-[4]-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]

Blason Compiegne


is

Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean
-aux-Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

 


          Jean-Claude Toudy