Promenade dans la forêt de Compiègne
   
A la une

Plan du Site

Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean aux Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

Liens

Contact

 

 

 

Blason Vieux Moulin

Les pages de Vieux-Moulin :

[1]-[2]-[3]-[4]
-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]-[13]-[14]-[15]-[16]-[17]-[18]

Blason Vieux Moulin

Page 2 : De l'église au bas de la rue Saint-Jean
l'école des filles Saint-Jean, le pont du ru de Berne
l'équipage Picardie Valois, la Fête-Dieu

Blason Vieux Moulin

Vue aérienne de la rue Saint-Jean à la fin des années 50

Vue aérienne de la rue Saint-Jean dans les années 60 Vieux-Moulin

Le tracé partiel de la rue Saint-Jean de l'église vers le bas du village dans les années 60

Blason Vieux Moulin

L'école des filles Saint-Charles

L'école libre "Saint-Charles"a été créée en 1910 (après la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905) grâce aux libéralités du Comte Maurice Pillet-Will, de monsieur Eugène Lefèvre-Pontalis et au dynamisme de l'abbé Louis Roquancourt. Elle comprenait une grande Classe et une classe Enfantine tenue par par madame Diguet : la garderie pour garçons et filles était assurée par mademoselle Marie Duhamel, elle fut, par la suite, supprimée et l'école "Saint-Charles" devenait une école réservée aux filles.
L'écoles des filles "Saint-Charles" ferma définitivement après l'évacuation de Vieux-Moulin en 1940.
Madame Marie Duhamel (Sœur pour l'église) quitta Vieux-Moulin le 16 octobre 1942 pour rentrer au Couvent de Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

Ecole Saint-Charles Vieux-Moulin Oise Ecole Saint-Charles Vieux-Moulin Oise

L'école libre "Saint-Charles" fut vendu en décembre 1940 à l'Association Diocèsaine de Beauvais.
A la fin des années 50 la pièce du Rez-de Chaussée était réservée au patronage pour les enfants de Vieux-Moulin.
qui pouvaient voir ainsi la télévision le dimanche après-midi avec l'Abbé Louis Samson, Curé de Vieux-Moulin de 1956 à 1962.
L'Association Diocèsaine de Beauvais le vendit en 1960.
L'école Saint-Charles était située au 33 de la rue Saint-Jean.

Blason Vieux Moulin

rue Saint-Jean Vieux-Moulin

Au 34 de la rue Saint-Jean le bâtiment à gauche était occupé dans les années 50-60 par monsieur Bessière plombier-couvreur.
Tél : 29

"La rue de l'église"
par le peintre Maurice Utrillo

rue Saint-Jean Vieux-Moulin La rue de l'église Vieux-Moulinr Maurice Utrillo

"La rue de l'église" a été peint durant la période 1916-1917 par Maurice Utrillo (hauteur 52,5 cm.; largeur 75 cm).
Le peintre se serait inspiré d'une carte postale pour son tableau. Maurice Utrillo est né Maurice Valadon le 26 décembre 1883 à Paris XVIII et mort le 5 novembre 1955 à Dax, est un peintre célèbre pour ses paysages animés, paysages urbains, peintre à la gouache.

Blason Vieux Moulin

L'étang de la rue Saint-Jean

Etang de la rue Saint-Jean Vieux-Moulin Oise

L'étang de la rue Saint-Jean existe toujours mais aujourd'hui il n'est plus visible par les nouvelles constructions.

Blason Vieux Moulin

Georges Lemaire
Mécanicien et inventeur de la voiture à bras "Le Rêve"

Georges Lemaire Vieux-Moulin Oise

Le Rêve Compiègne

Georges Lemaire
Mécanicien
Automobile - Cycles - Machines à coudre
Inventeur de la voiturette "Le Rêve"
44 rue Saint-Jean

Après avoir exploité le Café - Bureau de tabac situé au 2 de la rue Pillet-Will monsieur Georges Lemaire s'installa, après la première guerre mondiale au 44 rue Saint-Jean dans une maison appelée "Château Vert" qui sera ensuite occupée après la seconde guerre mondiale par Ernst de Donraedt (Le "Château Vert" est devenu aujourd'hui "La Grangerie").
Il exerça son métier d'origine de mécanicien et inventa un modèle de voitures à bras qu'il appela "Le Rêve".
"Le Rêve" était une petite voiturette, avec une caisse en sapin verni, des roues caoutchoutées et roulements à billes montées sur des ressorts.
Très rapidement on trouva des "Rêves" un peu partout dans Vieux-Moulin, parce ce qu'elles étaient belles, légères et pratiques pour tout travaux.
Monsieur Lemaire et son épouse Thérèse eurent l'idée de trouver des points de vente pour "Le Rêve" à Compiègne et dans les villes voisines et même à Paris au "Bazar de l'Hôtel de Ville" qui fut le principal vendeur de la voiturette.

Le Rêve Vieux-Moulin Oise

Blason Vieux Moulin

Le pont du ru de Berne

Le pont sur le ru de Berne Vieux-Moulin

Le Pont-Neuf de Vieux-Moulin à la fin du XIXe siècle.

rue Saint-Jean Vieux-Moulin Le pont sur le ru de Berne Vieux-Moulin

A gauche : La rue Saint-Jean au niveau du pont sur le ru de Berne.
A droite : Le lavoir sur le pont du ru de Berne, au fond des maisons "Les Fauchelles" et "Ellen Cottage" construites en 1843 avec des pierres du Mont Saint-Mard, la jeune fille avec le pot à lait mademoiselle Leclère (qui deviendra plus tard l'épouse de monsieur Favre et sera professeur à l'école des Samuels), elle était la fille de monsieur et madame Eugène Leclère, domiciliés dans l'impasse des Fermes. Monsieur Leclère fut le troisième cocher du Comte Maurice Pillet-Will.

rue Saint-Jean Vieux-Moulin Le pont sur le ru de Berne Vieux-Moulin

A gauche : Le pont sur le ru de Berne avec le lavoir. Le rue de Berne (autrefois dénommé ruisseau de Pierrefonds au XVIIIe siècle) d'une longueur de 13,81 Km (source Préfecture de l'Oise) est alimenté par le ru de la Fontaine-aux-Porchers (qui se jette dans les étangs de Saint-Pierre) et par le ru du Pré-Tortu. Il traverse les trois étangs de la Rouillie, de Saint-Pierre et de l'Étot en amont de Vieux-Moulin puis en aval les étangs du Vivier-Frère-Robert et de l'Ortille pour se jeter ensuite dans l'Aisne après le pont de Berne au niveau du Pavois.
A droite : Le lavoir sur le pont du ru de Berne, au fond des maisons "Les Fauchelles" (occupée dans les années 50 et 60 par madame Leduc Tél : 202) et "Ellen Cottage" construites en 1843 avec des pierres du Mont Saint-Mard.

Jean-Claude Toudy Vieux-Moulin Le maire madame Pittard et ses deux adjoints  Vieux-Moulin

A gauche : Jean-Claude Toudy devant le 51 de la rue Saint-Jean en 1960.
Au centre : Madame Pittard maire de Vieux-Moulin et ses deux adjoints messieurs Abel Rouvière et Jean Tavernier lors d'un défilé en 1960 devant le 51 de la rue Saint-Jean.

rue Saint-Jean Vieux-Moulin Jean Toudy Vieux-Moulin

A gauche : Les maisons "Les Fauchelles" et "Ellen Cottage" en 1971.
A droite : Jean Toudy devant le 57 de la rue Saint-Jean en 1972.

Rue Saint-Jean Vieux-Moulin Ellen Cottage Vieux-Moulin

A gauche : Le Jeune Guy Marshall.
A droite : La voiture de son grand-père Lucien Caron.

Blason Vieux Moulin

Les courses cyclistes dans Vieux-Moulin

Grand prix cycliste de Vieux-Moulin Grand prix cycliste de Vieux-Moulin

Chaque année une course cycliste se disputait à Vieux-Moulin durant les premiers jours du mois d'août en même temps que la fête foraine. Il s'agissait d'accomplir une trentaine de tours d'un circuit allant jusqu'au premier des étangs de Saint-Pierre. L'arrivée s'effectuait rue des étangs.

Le Tour de France à Vieux-Moulin en 1980

Tour de France Vieux-Moulin 1980

Pour l'anecdote le Tour de France est passé à Vieux-Moulin le 2 juillet 1980 lors de la 6eme étape Lille - Compiègne longue de 215 Kms.
Sur la photo le peloton de tête l'équipe Renault - Gitane - Campagnolo, venant de la route Eugénie, le Tour de France a emprunté la rue Saint-Jean en provoquant une véritable pagaille lors du franchissement du pont sur le ru de Berne.
Le vainqueur à Compiègne sera Jean-Louis Gauthier de l'équipe Miko - Mercier - Vivagel.

Blason Vieux Moulin

L'équipage Picardie Valois
dans la rue Saint-Jean

Equipage Picardie-Valois Vieux-Moulin Equipage-Picardie Valois Vieux-Moulin

Jean Bocquillon de l'équipage Picardie - Valois dans la rue Saint-Jean au début des années 80.

Blason Vieux Moulin

Gérard Nicaisse
1924 - 2007

Gérard Nicaisse Vieux-Moulin

Au n°1 de l'impasse Saint-Jean vivait depuis 1966 un parisien charmant et discret ; Gérard Nicaisse, fonctionnaire au Ministère des Finances et écrivain, plein d'humour et toujours en verve pour raconter avec un talent sans égal des histoires sur des personnes rencontrées lors des dîners ou des rencontres à Paris.
Eloge funèbre prononcé lors de ses funérailles à Paris le lundi 26 février 2007
Beaucoup de ceux qui sont ici réunis ont accompagné Gérard dans les moments douloureux de ces dernières années. Ils ont été témoins de ses phases d'abatttements, de désarroi, de désir d'en finir avec la vie, mais aussi des instants où il retrouvait sa verve, heureux de voir ses amis fidèles lui rendre visite.
Au moment de lui dire adieu, nous avons en mémoire les moments de bonheur que nous lui devons à Paris, à Vieux-Moulin, à Boringe, à la Garde-Freinet, au Pyla, ou en voyage à travers la France, Nous ne pouvons échapper à la question : Gérard a-t-il été heureux ?
Il était sur lui-même d'une grande pudeur. Il assumait stoïquement et même fièrement sa part de solitude. Une solititude choisie. Une solitude assurèment très peuplée, car il avait le culte de l'amitié ; mais il ne pouvait oublier la part irréductible de cette solitude, la tentation du repli sur soi, le face-à-face avec soi-même, si dur dans les moments où l'on ne s'aime pas, ou quande l'on craint de ne pas être aimé.
Gérard a-t-il lété heureux ? Nous avons des souvenirs de fous rires et de moments délicieux avec lui.
Nous avons aimé son goût du cocasse, ce regard perçant qui, dans un visage, dans une silhouette, une voix, lui faisait un aspect drôle, pittoresque, voire ridicule - car il n'était pas toujours charitable. Nous lui avons appris de lui certains chapitres de l'art de vivre : les livres qu'il aimait lire à haute voix les passages préférés, les bons repas, les promenades dans une campagne française au cours desquelles il n'avait pas son pareil pour dénicher, en prenant au hasard la première route à droite et la seconde à gauche, un panorama, un village perché une commanderie abandonnée. Il a jeté sur nos enfants, nos petits-enfants, un regard bienveillant, tout de tendresse retenue, comme si, en de brefs instant il regrettait d'être sans postériorité.
Gérard a-t-il été heureux ? Nous ne pouvons décidément répondre, sinon en lui disant ici que nou lui devons, nous, une part de bonheur et que, pour cela, jusqu'au dernier soupir du dernier survivants de cette triste matinée, il vivra dans nos mémoires immensément reconnaissantes.

Impasse Saint-Jean Vieux-Moulin Gérard Nicaisse dans son jardin de Vieux-Moulin

Gérard Nicaisse, en compagnie de son amie Simone, dans son jardin de Vieux-Moulin.

Au n°1 de l'impasse Saint-Jean vivait depuis 1966 un parisien charmant et discret ; Gérard Nicaisse, fonctionnaire au Ministère des Finances et écrivain, plein d'humour et toujours en verve pour raconter avec un talent sans égal des histoires sur des personnes rencontrées lors des dîners ou des rencontres à Paris.
Eloge funèbre prononcé lors de ses funérailles à Paris le lundi 26 février 2007
Beaucoup de ceux qui sont ici réunis ont accompagné Gérard dans les moments douloureux de ces dernières années. Ils ont été témoins de ses phases d'abatttements, de désarroi, de désir d'en finir avec la vie, mais aussi des instants où il retrouvait sa verve, heureux de voir ses amis fidèles lui rendre visite.
Au moment de lui dire adieu, nous avons en mémoire les moments de bonheur que nous lui devons à Paris, à Vieux-Moulin, à Boringe, à la Garde-Freinet, au Pyla, ou en voyage à travers la France, Nous ne pouvons échapper à la question : Gérard a-t-il été heureux ?
Il était sur lui-même d'une grande pudeur. Il assumait stoïquement et même fièrement sa part de solitude. Une solititude choisie. Une solitude assurèment très peuplée, car il avait le culte de l'amitié ; mais il ne pouvait oublier la part irréductible de cette solitude, la tentation du repli sur soi, le face-à-face avec soi-même, si dur dans les moments où l'on ne s'aime pas, ou quande l'on craint de ne pas être aimé.
Gérard a-t-il lété heureux ? Nous avons des souvenirs de fous rires et de moments délicieux avec lui.
Nous avons aimé son goût du cocasse, ce regard perçant qui, dans un visage, dans une silhouette, une voix, lui faisait un aspect drôle, pittoresque, voire ridicule - car il n'était pas toujours charitable. Nous lui avons appris de lui certains chapitres de l'art de vivre : les livres qu'il aimait lire à haute voix les passages préférés, les bons repas, les promenades dans une campagne française au cours desquelles il n'avait pas son pareil pour dénicher, en prenant au hasard la première route à droite et la seconde à gauche, un panorama, un village perché une commanderie abandonnée. Il a jeté sur nos enfants, nos petits-enfants, un regard bienveillant, tout de tendresse retenue, comme si, en de brefs instant il regrettait d'être sans postériorité.
Gérard a-t-il été heureux ? Nous ne pouvons décidément répondre, sinon en lui disant ici que nou lui devons, nous, une part de bonheur et que, pour cela, jusqu'au dernier soupir du dernier survivants de cette triste matinée, il vivra dans nos mémoires immensément reconnaissantes.

Signature de Gérard Nicaisse

La bibliographie de Gérard Nicaisse

La fête des mères Gérard Nicaisse

La fête des mères
"Pour Françoise Rosset", traductrice de nombreux livres.
Prix international du premier roman en 1964

Le critique Matthieu Galey écrivait, en 1964, dans Arts (revue), que son premier roman "La Fête des mères", est chargé d’une intense amertume qui n’exclut pas la poésie nostalgique propre aux souvenirs, ni l’ironie mordante de l’observation juste. […] il sait faire passer dans ces pages un " vent de panique" léger qui glace mieux qu’une tempête.
Livre publié en 1964 par René Julliard Paris.

La mémoire de Poitiers Gérard Nicaisse

La mémoire de Poitiers

La mémoire de PoitiersEncore enfant, le narrateur de cette histoire est ébloui par une jeune femme ardente, folle et belle qui règne à Poitiers sur une cour de jeunes gens subjugués par son charme. Au temps de l'occupation elle disparaitra mystérieusement en Allemagne après un terrible scandale qui alimentera longtemps la chronique de la ville. On la retrouvera bien des annes plus tard, mariée à un dipplomate italien, et n'ayant rien perdu de son rayonnement. Et pendant tout ce temps, le narrateur et quelques rescapés des anciens jours vivront leur vie parisienne dans la mémoire de Poitiers, au grand soleil éteint des anciennes vacances, avec, au cœur les images brûlantes de leur jeunesse.
Livre publié en 1967 par les éditions Julliard Paris.

Les pailles allumées Gérard Nicaisse

Les pailles allumées

Roman sans complaisance, lucide, dur et cruel, foisonnant de vie et de passion, suit les caprices de la mémoire et n'est pas sans rappeler ces ondes concentriques qu'éveille un jet de pierre dans une eau morte...
Un coup de téléphone, une réception, un dîner en tête à tête acec l'homme qu'elle aime font brusquemment remonter à la mémoire de Fanny Cahen, l'heroïne, un flux de souvenirs. Par sa naissance, par sa race, par son physique ingrat, Fanny s'est toujours crue en marge. Depuis plus de vingt ans, elle aime - sans être payée de retour - Hugo Steiner et s'est résignée à n'être pour lui que "la parfaite amie". Etrange liaison où rien n'arrive et où tout se détruit dans l'usure du temps, la dégradation des êtres de la vie et la dérive de la vie.
Autour de Fanny, c'est toute une époque que fait revivre Gérard Nicaisse : l'avant-guerre...
Livre publié en 1974 par les éditions Julliard Paris.

Blason Vieux Moulin

Gaston Hazart
Entreprise de Menuiserie et parquet

Gaston Hazart Vieux-Moulin Oise

Gaston Hazart menuisier, surnommé par le docteur Paul "le père cercueil".

Rue Saint-Jean Vieux-Moulin Rue Saint-Jean Vieux-Moulin

A droite : Au 57 de la rue Saint-Jean la maison de monsieur Gaston Hazard menuisier.

Blason Vieux Moulin

La villa "Les Chênes"

Villa les Chênes Vieux-Moulin Villa les Chênes Vieux-Moulin

La villa "Les Chênes" est située au 62 rue Saint-Jean à Vieux-Moulin, elle fut construite par le Comte Maurice Pillet-Will pour servir de pavillon de chasse et aussi de rendez-vous galant, elle était habitée par une certaine madame Lucienne puis par madame veuve Hallam tél: 4.
A gauche : Une personne est identifiée sur cette photo qui daterait du début des années 30, monsieur Louis Pilot est située à la 3eme place à partir de la droite.

Blason Vieux Moulin

Les deux calvaires de Vieux-Moulin

Calvaire de la route Eugenie Vieux-Moulin Calvaire de la gare Vieux-Moulin

Il existe deux calvaires de part et d'autre de la rue Saint-Jean :
sur la photo de gauche à l'intersection de la route Eugénie, sur celle de droite près de l'ancienne gare sur la route de Saint-Jean aux Bois.

Blason Vieux Moulin

La Fête-Dieu à Vieux-Moulin

Calvaire de la route Eugenie Vieux-Moulin

La Fête-Dieu du 9 juin 1895 à Vieux-Moulin l'autel est disposé au calvaire situé à l'angle de la rue Saint-Jean et de la Route Eugénie.
"Les paroissiens profitaient des fleurs du mois de juin pour célébrer avec enthousiasme et solennité la Fête Dieu.
Des reposoirs, faits de branchages et ornés de fleurs, étaient dressés en divers endroits : au calvaire en haut de la rue Saint-Jean, devant la façade d'une maison près de l'école communale, dans la porte d'entrée de l'école Saint-Charles, au calvaire dans le bas du village (photo ci-dessus) et dans le portail du "Paradou".
Une fois la messe célébrée, la procession se formait : d'abord, le porte-croix, ensuite les fillettes avec des couronnes, vêtues de blanc, les garçonnets, six enfants de chœur en soutanes rouges er surplis blancs et petites calottes rouges, le chantre, puis, sous le dais porté à quatre, le prêtre en aube, étole, chape et voile huméral, portant l'ostensoir en forme de soleil. Les deux bannières de la Vierge et de Saint-Mellon suivaient. Venaient enfin les fidèles.
Les fillettes en tête du cortège portaient des petites corbeilles maintenues devant elles par un ruban passé en sautoir autour de leur cou. Les corbeilles, recouvertes d'un linge blanc, étaient remplies de pétales de fleurs que les enfants jetaient gentiment devant le Saint-Sacrement. Arrivé aux reposoirs, l'ostensoir était déposé ; le célébrant disait une prière, encensait le Saint-Sacrement, puis bénissait les fidèles agenouillés. La procession se reformait en bon ordre pour se rendre au reposoir suivant.
Revenu à l'église, la Fête-Dieu se terminait un vibrant Magnificat".
Source : Raymond Verbrugge Curé de Vieux Moulin © Vieux-Moulin Ageip Editeurs Paris Juillet 1989.

Auberge du Daguet Vieux-Moulin

Panneau publicitaire à la fin des années 90 de l'Auberge du Daguet situé derrière le calvaire.

Blason Vieux Moulin

Le haut de la rue Saint-Jean [ici]

Blason Vieux Moulin

Les pages de Vieux-Moulin :

[1]-[2]-[3]-[4]
-[5]-[6]-[7]-[8]-[9]-[10]-[11]-[12]-[13]-[14]-[15]-[16]-[17]-[18]

Blason Vieux Moulin


Compiègne

Pierrefonds

Saint-Jean
-aux-Bois

Vieux-Moulin

La Forêt

 


          Jean-Claude Toudy